Les émotions des animaux

D’après Marc Bekoff (professeur écologiste américain) et Jessica Pierce (bio-éthicienne américaine), auteurs du livre « Wild Justice, the moral lives of Animal » (Justice sauvage, la vie morale des animaux), d’innombrables exemples démontrent que plusieurs sortes d’animaux ont un sentiment inné de ce qui est juste, montrent de l’empathie et aident les animaux en détresse.

Il semble en fait que l’empathie et la compassion [chez les animaux] soient beaucoup plus répandues qu’on le l’imaginait jadis ; mais ce sont des comportements difficiles à observer et à analyser pour un chercheur, alors que l’agressivité [de l’animal] chasseur est tout de suite visible.

En étudiant les comportements sociaux de nombreuses races du règne animal – des souris aux dauphins, en passant par les éléphants – les auteurs remarquent que tous les mammifères sont capables d’exprimer des émotions complexes.

C’est d’ailleurs, disent-ils, ce qui permet à des espèces agressives de cohabiter sans s’entretuer.

Leur enquête démontre par exemple que les chimpanzés ont développé un sens de la justice important, en punissant les membres du groupe qui ne respectent pas leurs codes sociaux, ils sont aussi beaucoup plus cléments avec les primates malades, blessés ou infirmes. Ces derniers ne sont jamais agressés ni bousculés par leurs congénères.

«  Les dauphins et les baleines sont capables quant à eux de faire preuve d’empathie car ils possèdent dans leurs cerveaux des cellules identiques aux cellules humaines…

lI existe ainsi des cas de dauphins qui on protégé des hommes attaqués par des requins. On a aussi vu des éléphants qui ont brisé des pièges ou des clôtures pour libérer des antilopes. Prétendre que les animaux sont dépourvus de sens moral est donc une idée reçue. « 

Ce livre est en anglais, mais Marc Bekoff est l’auteur d’un autre ouvrage sur un sujet similaire, qui a été traduit en français : « Les émotions des animaux » aux éditions Payot, publié en mars 2009.*

Il étudie la joie, la peine et l’empathie animales en expliquant leur importance. Ce livre est préfacé par Jane Goodall, célèbre pour ses études sur les grands singes.

( article pris après autorisation sur le n°97 du magazine Alternatives Végétariennes, sept-oct-nov 2009 )

Voir sur ce blog la catégorie « Lectures« .