Au fond de leurs yeux…

Au fond des yeux de tout animal brille une lueur de tristesse qui m’emplit d’un tel amour que mon coeur vibre à l’unisson des souffrances de toute créature.

Le pauvre cheval fourbu qui dort sous la pluie du soir devant une auberge, la tête courbée jusqu’au sol, le chat écrasé par une voiture luttant contre la mort, l’oiseau blessé cherchant refuge dans la lézarde d’un mur – tous ces êtres en proie à la souffrance ont a jamais leur place dans mon coeur.

Si la pudeur ne me l’interdisait, je m’agenouillerais de compassion devant tant de patience dans le malheur, car je suis saisi d’une vision: une auréole entoure la tête de chacune de ces créatures en proie à la souffrance, une véritable auréole, grande comme l’univers que Dieu a déployé autour d’eux.

( Francis Jammes, 1868-1936, poète français,  romancier, dramaturge et critique )

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :