Une paisible journée de pêche

Le pêcheur assis au bord de l’étang prépare avec soin sa ligne. Il s’est promis de rapporter un gros brochet, qu’il va pêcher « au vif ».

Puisant dans un seau,, il choisit l’un des cinq ou six gardons capturés la veille. A l’aide d’une sorte de longue aiguille métallique qui sert de guide, il glisse sous la peau, de la tête à la queue, un fil d’acier terminé par un gros hameçon.

Ainsi  appareillé, le gardon vivant est rattaché au bas de la ligne, et projeté à l’eau le plus loin que permet un grand mouvement de la canne.

Il nagera encore quelques fractions d’heure,  en servant d’appât.

L’homme est d’un caractère pacifique, il aime le silence, le calme, la nature. Mais au terme d’une journée qu’il aura trouvée agréable et délassante, il aura affreusement torturé un poisson, pour en capturer en autre, lequel sera cruellement blessé à la gueule et souffrira lui aussi longuement en luttant.

Pourquoi?

Jean-Claude Nouët

 

Si vous vous sentez mal en regardant cette dernière photo et que vous mangez malgré tout du poisson, cela signifie que vous n’êtes pas fidèle à votre coeur.

Si ça ne vous fait ni chaud ni froid, c’est que vous êtes cohérent avec vous-même.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :